Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 06:37
Nouvelle et normalement dernière histoire de piercing!

Ce samedi 14 novembre 2009, je remarque que mon piercing à l'arcade, version implant, s'est infecté. En Suisse, le cas aurait été vite régler. J'aurais téléphoné à ma pierceuse, lui aurait demandé si elle pouvait me retirer l'implant et dans le cas contraire, j'aurais contacté mon médecin qui aurait fait le nécessaire.

Oui mais là je suis en Chine et tout devient plus compliqué lorsqu'on ne sait pas à qui s'adresser et que mes compétences en chinois ne me permettent pas vraiment d'être à l'aise pour régler ce genre de problème! Un peu perdu, j'ai même éventualiser de le retirer moi-même, "à l'arrache" comme on dit, samedi à 3h00 du matin dans ma salle de bain. Le plus frustrant, c'était de savoir que tout serait relativement simple en Suisse alors que là je savais que les difficultés à surmonter seraient nombreuses (lire l'article sur mon premier piercing: cliquer ICI)!

Finalement, je réussis à m'endormir, traverser de part en part de question, de doute... A mon réveil, je me dis que la première chose intelligente à faire serait de contacter ma voisine malaise mais d'origine chinoise, qui m'a déjà aider à me sortir de bien des situations. Après un téléphone, la meilleure option semble être de se rendre à l'hôpital du peuple de la province du Jiangsu (江苏人民医院), l'un des plus important de la ville.


Une fois sur place, Esther (ma voisine) explique mon cas à la réception. Totale incompréhension des jeunes femmes. En même temps, on ne pouvait pas leur en vouloir, c'était très certainement la première fois qu'elle voyait ce type de piercing, voire même un piercing tout court. On nous dirige vers le service de chirurgie, plus particulièrement celui de chirurgie plastique...

Enfin, avant ça, il faut que j'aille m'enregistrer à un guichet qui évoque d'avantage celui d'une banque ou d'une poste. Après m'être acquitté de 5 RMB, je reçois un petit carnet où sera consigner tout ce qu'on me fera. Sur place, on nous explique gentiment que les médecins sont partis mangés et que nous devons revenir dans une demie heure... Bon, ben d'accord!

"L'enregistrement"
A 13h30, nous attendons patiemment devant le bureau du spécialiste, je suis le n°2. Le chirurgien nous reçoit, nous dit qu'il n'a aucun matériel et que la seule chose qu'il puisse faire est de nous donner un rendez-vous. Nous déclinons poliment l'invitation après s'être fait rediriger vers le service de chirurgie d'urgence de l'hôpital. Jusque-là relativement serein, je commence à avoir un peu peur. Je savais pourtant bien que l'opération était totalement bénigne mais l'environnement, l'étonnement du corps médical, l'ambiance, enfin tout contribuait à donner un caractère presque grave à mon petit problème!

En attendant devant le bureau du chirurgien plasticien
Enfin bref, arrivé aux urgences, un médecin nous reçoit assez rapidement. Je lui explique mon cas à l'aide d'un dessin. Il accepte (ouf!) de s'occuper de moi mais m'explique que s'il trouve une infection à l'intérieur, il laissera la plaie ouverte pendant 3-4 jours afin de la traiter! La pression monte... Après avoir été payer la prise en charge, le matériel et les médicaments, nous attendons patiemment notre tour, ce qui me laisse le loisir d'examiner ce service d'urgence...

La première impression de ce lieu fut celui d'un dispensaire vétuste en plein milieu de la jungle. Tout semblait sale, désordre, confus. Un jeune homme, les genoux posé sur les genoux, laissait son doigt entouré d'une bande de gaze pleurer du sang à intervalle régulier, formant une petite flaque rouge sur le sol. A côté, un enfant jouait avec sa toupie. Des civils poussait des brancards sur lesquels était étendu un père, une mère, un grand-mère, sans couverture ou d'une veste, alors qu'il ne devait pas faire plus de 15-16 °C. Tout semblait vieux.

急诊挂号,收费 (bureau d'inscription des urgences et caisse)

急诊药方 (pharmacie du service d'urgence)

Le bureau des chirurgiens (3ème porte à gauche) et ma "salle d'opération" (2ème porte à gauche)

De vieux brancards mais bien en service. Normalement, le "papier" bleu est changé à chaque patient... Ici, je n'ai vu personne le changer...
Puis on m'appela. J'expliquai encore une fois mon cas. Je voulais simplement qu'on m'ouvre, qu'on retire l'implant, qu'on me mette un pansement et que je puisse partir. Je me rendis dans une petite pièce. Sur le sol, on pouvait voir quelques tâches de sang séché. Je m'étends. Le chirurgien badigeonne mon piercing de bétadine, y pose un champ stérile. Je reste calme, je ne bouge pas. Une injection, pour réduire la douleur. Puis après je sens, sans pour autant déterminer ce qu'il fait. A la fin, je sens qu'il me recoud. Effectivement, un point de suture. Je remercie ce médecin qui a dépassé sa peur de l'inconnu et qui a accepté de me prendre en charge. Quand je pense que pour mon première histoire (cliquer ICI), l'hôpital avait refuser de me prendre en charge, prétextant ne pas savoir comment dévisser un piercing! Esther me dit que c'est sans doute parce que c'était un jeune qui j'avais pu être traité! En tout cas, je suis vraiment très reconnaissant de cet homme de m'avoir aidé dans ce capharnaüm!



Le docteur s'apprête à opérer...clac!

Trifouillage...

Piercing retiré!

...et puis on recoud!

Même pas mal!!!
Mais l'histoire ne s'arrête pas là! En effet, on m'indique qu'il faut maintenant me faire une injection afin de prévenir tout risque d'infection. J'avoue que sur le moment je trouvais l'idée absurde mais après réflexion, vu l'hygiène du lieu, je pense que c'était une lumineuse idée. Je change de pièce puis me retrouve sur un tabouret, le bras tendu. Pas de gant, pas de lavage de main, pas cette odeur caractéristique d'hôpital, cette odeur désagréable quand on la sent mais qui nous indique malgré tout que le lieu est nickel! Comme voisin, un prisonnier, chaîne au pied, entouré de deux policiers, se faisait prendre du sang ou de la moelle et semblait souffrir le martyr. Encore une caractéristique des urgences de cet hôpital, on circule ici comme dans une foire. Tout le monde va où il veut et fait ce qui lui chante! Je reprends mon propre exemple. Durant mon opération, le médecin a demandé à Esther de tenir un tissu afin d'absorber le sang: mains ni lavées, ni gantées. Une infirmière aurait été la bienvenu mais apparemment elles était occupées ailleurs...

Passons. La première injection consistait simplement à tester ma réaction au produit. Petite tâche rouge, on décide de scinder l'injection en 4 fois. La cible, le haut de ma fesse droite. J'imaginais un peu d'intimité, je me suis trompé. Pour la première injection, j'étais seul. Pour la deuxième, deux infirmières observaient (ah ben oui, maintenant je comprends pourquoi elles n'étaient pas là quand je me suis fait opérer!!! ^^), à la troisième, deux infirmières, deux policiers et le prisonnier de tout à l'heure. Les policiers, curieux, s'intéressent à mon cas: "Bagarre?" Je réponds par la négative puis leur montre mon implants, lové dans une bande de gaze. Ils me demandent ce que je fais à Nanjing, je réponds que j'étudie à Nanshida. Interrogation des policiers. Le prisonnier leur répète le mot 南师大 (nanshida = petit nom de l'université normale de Nanjing). Décidément, le monde à l'envers. La quatrième sera fera dans les mêmes conditions que la première.

Après plus de 3h30 dans cet hôpital, on me dit alors qu'il faut que j'attende encore une demie heure, afin de voir ma réaction. Je demande, par l'intermédiaire d'Esther pourquoi l'injection s'est faite en 4 fois. La réponse me glace le sang: "Parce qu'en une fois, tu aurais pu mourir!" Wouhouuu!!! Enfin bref, aujourd'hui nous sommes dimanche, il est 14h32 et je suis toujours vivant! 

Partager cet article

Repost 0
Published by Romain Barrabas - dans Chine - divers
commenter cet article

commentaires

Kevin 19/11/2009 14:46


Je ne sais que dire... Toutes ces (més)aventures!
Petit tu es doué, très doué! Tes récits sont captivants, mais j'espère tout de même que rien de fâcheux ne t'arrive! ^^
FORCE (il t'en faut!) et honneur (aussi un peu, quand tu te retrouves seul, charcuté et que plein de curieux t'observes...)!


Romain Barrabas 19/11/2009 14:50


Ben écoute je peux dire que merci à ce pique, à ce roc, que dis-je, à cette péninsule de compliments!!!
Non t'inquiète, ton Orteil de Feu reste vaillant en toute occasion! Tu le retrouveras en bon état à son retour sur les plaines de Grütli, à Neuchâtel, l'Impasse des Pins, le chemin des Grillons
voire même la caserne de Payerne à partir du 9 août 2010!!!

Grand-maman Plantigrade t'envoie mille baisers 


joelle 18/11/2009 19:33


j'espère qu'une gentille infirmière t'aura au moins donné un bonbon (par exemple une de celles qui t'admiraient, euh je veux dire qui t'observaient !!!)


Romain Barrabas 19/11/2009 14:27



Ben non même pas... Et pour celles qui m'admiraient, elles étaient bien trop occupées à remplir leur quota de voyeurisme!!!



Saskia 17/11/2009 20:48


Eh ben je dirais "VIVE LE PIERCING" ;-) Tu m'as l'air bien courageux dis-donc. Allez, prochaine étape avec ton tatoo??? Aïe aïe aïe quel Romain.

Biz et à tout bientôt


Romain Barrabas 18/11/2009 08:02


Mais oui tout à fait, vive les piercings!!! Et bon courage...disons que j'avais surtout pas le choix! Parce que s'ils refusaient de me prendre en charge, j'aurais du trouver quelqu'un d'accord de
me faire une incision avec un couteau de cuisine et si personne n'était d'accord, j'aurais du le faire tout seul! Là oui, j'aurais été courageux!!! Et non pour le tattoo, aucun
souci...heureusement!!! 


grand`maman 16/11/2009 20:35


malgré ces photos traumatisantes, sur la dernière tu es tout simplement craquant.Aller! je te souhaite une prompte guérison et fini les percings???
je pense bien a toi grand'maman.


Romain Barrabas 18/11/2009 07:58


Mais merci!!! Et non...désolé mais je suis toujours pas guéri de cet addiction!!! Mais par contre, je pense que je n'en ferai pas en Chine!!!


Danièle Comel 15/11/2009 21:08


Ben dis donc,tu t'es mis dans un "sale" pétrin! A quand le prochain piercing? Mais non.... Je te souhaite une guérison "propre" en ordre!
Gros bisous de Dadane et Albino, nous pensons très souvent à toi.


Romain Barrabas 16/11/2009 07:46



Ecoute je pense que niveau piercing, je vais rester très sage jusqu'à mon retour en Suisse!!! Mais merci pour tes cyber bons voeux!
Gros bisoux à vous deux et pensez à installer Skype et à acheter une webcam histoire qu'on puisse parler un peu! 



Présentation

  • : Le blog de Romain - Made in Switzer南
  • Le blog de Romain - Made in Switzer南
  • : Je m'appelle Romain, je suis Suisse et j'ai 23 ans. Après 2 ans d'étude de mandarin à l'université de Genève, j'ai décidé, avec l'aide d'une bourse, de partir une année à Nanjing (province du Jiangsu) améliorer mes connaissances linguistiques. Sur ce blog, je raconterai donc ma vie ici en Chine, mes voyages, mes réflexions, mes remarques, etc...
  • Contact

Recherche

Archives