Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2010 2 23 /02 /février /2010 09:16

Deuxième voyage de mes vacances intersemestrielles, cette fois-ci avec ma famille: mes parents, mes grands-parents paternels et mon parrain. Après 3 jours à Nanjing, nous partons pour la première étape de notre voyage, 桂林 (Guilin), une ville extrêmement connue de la province du 广西 (Guangxi).

Son principal intérêt, sa géographie très particulière avec ses montagnes de calcaire (rien à voir avec celles de Zhangjiajie, cliquer ICI) qui semble surgir de la terre. Elle est également connue pour ses rizières dans les montagnes, que les hommes ont mis près 4 siècles à façonner.

Arrivé le 21 au soir, nous sommes accueilli à l’aéroport par notre guide, Monsieur Lu, qui a le grand avantage de parler français, un français très poétique d’ailleurs! Dès notre arrivée, nous avons le droit à une présentation détaillée de la ville et des environs. Nous apprenons par exemple que Guilin signifie en chinois la forêt (林) des osmanthus (桂), une espèce d’arbre particulièrement répandue en ville et dans les environs, dont les fleurs jaunes, qui fleurissent en octobre, sont utilisées par exemple pour faire du thé.

 

Au programme de cette première journée: les rizières 龙脊梯田 (Longji) et la visite du village de 平安 (Ping’an). Départ en minibus à 9h00 pour deux heures de route. Là, nous découvrons un paysage très montagneux où l’on peut voir, ça et là, les traces de l’homme: villages et cultures en terrasse. Une fois sur place, nous commençons notre randonnée en direction du village. On emprunte un chemin pavé de pierre, parsemé d’échoppes tenue par les minorités 瑶 (Yao) et 壮 (Zhuang), très présentes dans la province. On trouve les Yao plutôt dans les plaines alors que les Zhuang habitent plus volontiers près des sommets!

Dans ces stands, on trouve les habituels chinoiseries ainsi que quelques objets et produits disons plus régionaux.

DSC05133-small

Une vendeuse très très...collante!

DSC05141-small

Recrue de la police chinoise!

DSC05145-small

Première images des rizières...

 

Quelques pas plus tard, nous arrivons dans le village de 平安 (Ping’an). Assez touristique (les pancartes d’hôtel et de restaurant sont légion), il garde malgré tout un aspect préservé très agréable. Une fois rassasiés, nous nous remettons en route pour quelques 1300 marches qui nous permettront d’avoir une vue d’ensemble des rizières 龙脊 (Longji).

DSC05146-small

DSC05149-small

Rat séché... on les chasse dans les bambous mais je sais pas vraiment le goût que ça peut avoir!

DSC05151-small

DSC05176-small

Ping'an

DSC05189-small

Premières images des rizières...

DSC05193-small

DSC05204-small

DSC05209-small

Au sommet

 

Ensuite, nous partons pour environ une heure à se balader sur les chemins, toujours pavés de pierre, spécialement construit pour les touristes… Un moment très agréable puisque nous étions quasiment seul au milieu de ce paysage si naturel et à la fois totalement maîtrisé et optimisé pour la culture du riz et de légumes. Rencontre également avec des femmes Yao, connu pour leur très longue chevelure, qu’elles enroulent en turban autour de leur tête.

Pour la minute culturelle, sachez qu’à 16 ans, elles se coupent complètement les cheveux mais gardent les mèches qu’elle attache à leur chevelure (quand ça a repoussé) avec une technique que je n’ai pas encore compris. Elles ont donc de très longs cheveux qu’elles entretiennent avec un shampooing maison à base d’eau de cuisson de riz fermenté. Lorsqu’elles se lave, elle laisse la mixture durant 3 jours afin de nourrir leur crinière. Une fois correctement enroulés autour du crâne, elle le recouvre d’un tissu noir. Les demoiselles cachent tous leurs cheveux alors que les femmes ayant déjà donné la vie laisse tomber une natte sur leur front. Notre guide nous indique que ce serait les femmes avec les plus longs cheveux du monde...enfin...voilà!

Autre caractéristique de cette minorité ethnique chinoise, leurs lourdes boucle d’oreille qui allongent le lobe et des mollets en permanence recouverts, même lorsqu’elles travaillent dans les champs. L’explication remonte à une légende qui veut que les origines des Yao remontent à un enfant-chien.

Lors d’une guerre, le roi promit sa fille à celui qui irait tuer son adversaire. Tout le monde se défile à l’exception du chien du monarque qui va exécuter la tâche pour son maître. Le roi, qui voulait tenir sa promesse, mis alors son fidèle compagnon dans un vase que l’on devait laisser scellé pendant 7 jours. Au bout de 6 jours, la princesse, trop impatiente, ouvrit le vase. Le chien était alors devenu homme, à l’exception de ses oreilles et de ses mollets, d’où les longues oreilles et les mollets velus (mais couverts ^^) des femmes Yao!

Enfin, dernière information de notre guide sur les femmes Yao. Il nous explique qu’elles sont extrêmement travailleuses alors que les hommes sont plus feignants, préférant les jeux de carte au travaux des rizières!

DSC05221-small

Déroulement...

DSC05227-small

Puis réenroulement!

DSC05236-small

Une tombe perdue dans les rizièresDSC05237-small

DSC05240-small

DSC05242-small
Bambou qui joue le rôle de canal d'irrigation

DSC05251-small

DSC05255-small

DSC05259-small

DSC05267-small

DSC05276-small

Retour à Ping'an

DSC05278-small

 

Sur le chemin du retour, petit arrêt dans une culture de thé, le 白云茶 (le thé du nuage blanc). Malheureusement, pas de possibilité de dégustation puisque le personnel avait été réduit à son minimum mais heureusement notre guide était là pour nous parler un peu du thé. Il existe donc 3 méthode pour “traiter” le thé: le vert, le jaune (ou thé wulong: 乌龙) et le thé noir, appelé ici le thé rouge (红茶). D’une même feuille de thé, les trois sortes peuvent être obtenue. Le thé vert se sèche à l’ombre puis n’est pas oxydé. Le thé noir est quant à lui sécher au soleil puis oxydé complètement alors que le jaune se situe entre les deux. Chacun à ses vertus mais là, ça dépasse mes compétences!

 

Le soir, petit tour dans la zone piétonne de Guilin. Joli mais rien de transcendant!

DSC05298-small
Sous un pont

Partager cet article

Repost 0

commentaires

guillaume 03/03/2010 11:29


Chiard t'oses pas!


Romain Barrabas 03/03/2010 13:10


Noté. Tu m'passes ton adresse à Genève?


Guillaume 03/03/2010 10:17


Heu tu peux me ramener un raz séché?


Romain Barrabas 03/03/2010 11:04


Je suis pas sûr que j'en trouve un à Nanjing (celui que j'ai pris était dans un village près de Guilin) mais me provoque pas, tu risques d'avoir ta boîte aux lettres qui pue le rat crevé!


michele.dealmeida 25/02/2010 23:00


bonjour à la famille Barrabas! je suis en admiration devant les belles prises de vue de Romain, et je vois que votre voyage se déroule à merveille! Bravo je suis contente pour vous, c'est super de
pouvoir vous suivre! Je vous envoie plein de gros becs à bientôt la nounou de la garderie!!!!!!!


Romain Barrabas 28/02/2010 03:33


Merci beaucoup Michèle!
A bientôt by web! 


joelle 23/02/2010 19:25


j'aime bien la légende du chien (de l'enfant chien)
ça change du prince devenu grenouille, c'est plus original et romantique !!!!


Romain Barrabas 24/02/2010 01:11


Ouais c'est vrai... Mais n'empêche je trouve assez drôle de retrouver bien loin de chez nous quasiment le même compte, avec quelques petites variantes...
Par contre, je ne suis pas sûr que les mollets poilus soient spécialement romantique ^.^ 


justine 23/02/2010 19:06


Waouw c'est trop trop beau!!! Mince j'aurais du rester encore un ptit peu..^^


Romain Barrabas 24/02/2010 01:09


Bah, ça sera pour la prochain fois ;)


Présentation

  • : Le blog de Romain - Made in Switzer南
  • Le blog de Romain - Made in Switzer南
  • : Je m'appelle Romain, je suis Suisse et j'ai 23 ans. Après 2 ans d'étude de mandarin à l'université de Genève, j'ai décidé, avec l'aide d'une bourse, de partir une année à Nanjing (province du Jiangsu) améliorer mes connaissances linguistiques. Sur ce blog, je raconterai donc ma vie ici en Chine, mes voyages, mes réflexions, mes remarques, etc...
  • Contact

Recherche

Archives