Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 11:23

Dernière journée de ce petit voyage organisé dans le Henan avec cette fois encore (cliquer ICI) pour décor une autre capitale de la Chine ancienne: 洛阳 (Luoyang).

La journée commence avec la visite d'un site bouddhique très important en Chine: les grottes de Longmen ou de la Porte du Dragon (龙门 = Longmen = Porte du dragon). Il s'agit en fait de l'un des rares endroits où des sculptures rupestres bouddhiques ont été conservées en Chine. S'étalant sur près d'un kilomètres sur les rives du 伊河 (Fleuve Yi), cette ensemble de sculptures a été construit sur deux siècles à partir de 494.

Malheureusement, au début du 20ème siècle, un grand nombre de statues a été décapité ou des morceaux de fresques arrachés par des "collectionneurs". Collectionneurs sans trop de remords puisqu'on retrouve leur butin dans les grands musées de ce monde comme au Metropolitan Museum of Art de New York...

Voilà pour la mise en contexte. En réalité, c'est une visite qui m'a vraiment marqué. Cette multiplicité, 100'000 représentations du Bouddha ou figures bouddhiques, même étalée sur 200 années de travail, forcent le respect. Malgré le nombre de touristes impressionnant, comme souvent dans les endroits célèbres en Chine, on peut quand même admirer ces sculptures, plus ou moins bien conservées. Petit conseil pour ceux qui projettent de s'y rendre, privilégiez les endroits connus au début du parcours et gardez les endroits disons plus communs pour la fin. Pour une raison relativement évidente, la grande majorité des touristes se ruent sur chaque petites statues au début de la visite et se fatiguent vers la fin, alors qu'elles méritent tout autant le détour. Donc à moins que vous ne soyez un fan d'art bouddhique rupestre, cette technique vous permettra de passer une visite optimale!

DSC07532-small

Juste avant l'entrée

DSC07542-small

DSC07546-small

 

DSC07548-small

En attendant sa tête...

DSC07551-small

Comme vous pouvez le voir sur cette image, certaines des statues et des fresques devaient être colorées... Aujourd'hui, malheureusement/heureusement, comme l'armée de terre cuite (cliquer ICI), tout a repris la couleur du matériau.

DSC07560-small

DSC07561-small

L'aspect poli qu'on voit particulièrement sur la tête de cette statue n'est du qu'aux multiples caresses des visiteurs...des milliers de main...

DSC07568-small

 

DSC07571-small

万佛洞 (La grotte des 10'000 Bouddhas). Les aspérités que l'on voit sur le mur sont également des sculptures bouddhiques.

DSC07573-small

Détail

DSC07574-small

 

DSC07575-small

Le clou du spectacle fut évidemment le 奉先寺 (Temple Fengxian). On y trouve là les plus grandes sculptures du site dont un bouddha de 17 mètres de haut. Âgées de plus de 1300 ans, la hauteur mais aussi la configuration du lieu donne à cet endroit une esthétique très particulière qu'on ne retrouve à aucune place du parcours.

DSC07616-small

Depuis l'autre rive...

DSC07588-small

Bouddha de 17 mètres

DSC07591-small

 

DSC07593-small

 

DSC07600-small

Dans une autre partie du site, un visage abîmé

L'autre côté de la rive donne aussi à voir d'autres sculptures mais je dois avouer qu'après 1 kilomètre d'art rupestre en plein soleil m'a fait quelque peu négliger cette seconde partie de visite! Avant de partir, petit balade dans le 白园 (Jardin de Bai) qui est en fait l'endroit qui accueille la tombe d'un poète de la dynastie des Tang (618-907) nommé Bai Juyi (772-846). A vrai dire, je n'ai pas vraiment savouré cette visite mais il faut dire que le jardin en lui-même n'a pas vraiment d'intérêt particulier...

DSC07612-small

Sur un pont qui relie les deux rives

L'après-midi, direction le 白马寺: le temple du Cheval Blanc. La spécificité de ce temple est tout simplement d'être le premier temple bouddhique sur sol chinois. Construit au 1er siècle, ce temple est ainsi nommé car on dit qu'il y a fort fort longtemps, deux émissaires de la dynastie des Han (-206/220) avaient été envoyés à la recherche de textes bouddhiques. En Afghanistan, ils rencontrèrent deux moines indiens qui acceptèrent de ramener, sur des chevaux blancs, des enseignements du Bouddha. L'empereur de l'époque, touché, décida de construire le fameux temple en guise d'hommage.

En réalité, il ne reste que très peu à voir du temple originel. Si je n'ai pas trouvé d'intérêt spécial à la visite du temple du Cheval Blanc, le temple qui fut inaugurée l'année passée mérite vraiment le détour. On décida en effet de construire dans l'enceinte du premier temple bouddhique chinois un deuxième temple, mais cette fois à l'indienne. La pierre qui fut utilisée pour sa construction, selon notre guide, vient également de ce pays. L'intérieur est plutôt quelconque mais l'extérieur est vraiment beau, surtout par le contraste qu'il amène avec les autres temples bouddhiques chinois que j'ai pu visiter.

DSC07622-small

Comme dans tous les endroits touristiques en Chine, on retrouve une multitude de stand avant l'entrée principale. Puisqu'il s'agit là d'un temple, petite spécificité: les bâtons d'encens à gogo. Petits ou très grands, on en trouve pour tous les goûts...

DSC07646-small

Entrée du temple du Cheval Blanc

DSC07647-small

Des visiteurs brûlent des bâtons d'encens

DSC07654-small

 

DSC07655-small

DSC07629-small

Le "nouveau" temple, style indien

 

DSC07643-small

Cour intérieure

DSC07644-small

 

DSC07636-small

Détail d'une fresque à l'entrée du temple

DSC07637-small

Moine

DSC07639-small

A l'intérieur

Dernière visite du voyage dans le jardin des divines pivoines. D'avance, je m'excuse pour la traduction un peu lourde du lieu mais c'est tout ce que j'ai pu faire. Comme son nom l'indique, on y trouve essentiellement ces immenses fleurs que sont les pivoines, version chinoise (il existe une espèce chinoise). Même si je ne suis pas un très grande fan de fleurs, ce fut surtout pour moi l'occasion de retrouver un peu de vert et de tranquillité avant les 11 heures de train qui nous attendait pour retourner à Nanjing.

DSC07664-small

Juste après l'entrée, nous assistons à un spectacle avec des danseuses disons d'âge mur... Franchement... C'était pas top et plutôt kitsch!

DSC07678-small

Balade dans le parc

DSC07680-small

DSC07682-small

DSC07692-small

J'ai surtout fait la connaissance d'une artiste que je n'oublierai pas: 陈倩书 (Chen Qianshu). Née en 1974, cette femme qui habite dans la ville de 鸡西 (Jixi) dans la province du 黑龙江 (Heilongjiang) (cliquer ICI) fait de la calligraphie. Jusque là, rien de très étonnant en Chine... Oui mais il faut savoir que Qianshu n'a pas de bras et peint en tenant son pinceau avec son pied droit. Je ne connais pas le circonstances de son handicap mais dans tous les cas, elle a su en faire un avantage et un gros. On faisait la file pour acheter une oeuvre personnalisée de l'artiste et j'avoue que j'ai moi aussi craqué. Pour 50 RMB (5 €), j'ai accroché sur mon mur mon prénom chinois ainsi qu'un chenyu (proverbe chinois de 4 caractères) que j'ai choisi... Une belle, très belle rencontre qui viendra clore mon voyage dans le Hunan.

DSC07670-small

Chen Qianshu, en train d'écrire mon prénom chinois

DSC07672-small

La toile avance. En gros, mon prénom chinois (浩民) et puis le chengyu, la date (en train d'être peinte) et viendra ensuite son nom

DSC07693-small

Chen Qianshu et moi-même...

Repost 0
30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 05:21

(cliquer ICI pour lire la première journée)

Cette deuxième journée commença par 1h30 de car. Encore une fois, je ne savais absolument pas où nous allions, mais j’espérais cette fois-ci ne pas avoir les mêmes mauvaises surprises de la veille. Heureusement, les deux sites que nous visiterons seront très intéressants et foncièrement différents l’un de l’autre.

Première destination, un endroit plutôt étrange. Non mentionné dans mon guide, j’avoue que je ne suis toujours pas très au clair sur l’objectif de cet endroit. En arrivant, un panneau indique qu’en septembre 1903 débuta la construction du premier pont ferroviaire enjambant le fleuve Jaune qui entra en opération en avril 1906. En 1952, Mao vient faire une inspection du dit pont. Par la suite, le pont fut détruit (pas certain) mais on décida d’ériger un monument en souvenir de cette construction…

 

Voilà pour la raison du monument. J’avoue que celle-ci me paraît légère surtout par rapport à la grandeur, presque à la mégalomanie de cette construction-souvenir.

 

Il s’agit en fait d’une immense place, toute de dalles vêtue. A la droite, une pyramide incomplète sur laquelle trône un grosse vasque qui permet de planter des bâtons d’encens. A gauche, sur la colline qui domine le site, une monumentale statue de pierre représentant deux visages dont l’un, le premier empereur de Chine (cliquer ICI pour lire l’article concernant son mausolée). Egalement, deux gros cylindres bleus qui sont en fait des haut-parleurs diffusant une musique d’ascenseur dans tout le site. Voilà pour le principal. 

 DSC07278-small

 

DSC07279-small

 

 

DSC07333-small

Détail de la pyramide

DSC07326-small

Au sommet de la pyramide

DSC07328-small

 

Un pont ferroviaire, depuis la pyramide. Maintenant, est-ce l'ancien pont ou un nouveau, je ne sais pas!

DSC07286-small

Haut-parleur

DSC07294-small

 

DSC07301-small

 

Peut-être du à des a priori, j’ai trouvé cette place très communiste. Je ne saurais expliquer clairement pourquoi mais j’aurais bien vu le même endroit en Corée du Nord. Je sais pas, peut-être est-ce dû à cette “pureté écrasante”. Tout est clair, tout est net mais dégage en même temps un sentiment de puissance disproportionnée.

 

La visite continue par la visite de “l’espace de la calligraphie moderne”. En fait, un jardin où les plantes sont en parties remplacées par des stèles sur lesquelles on peut admirer différents styles de calligraphie.

 DSC07309-small

 

DSC07313-small

Le caractère du tigre,  虎, modifié (2010 est l'année du tigre en Chine)

DSC07322-small

 

Nous reprenons la route et, après le dîner, nous dirigeons vers le site du temple de Shaolin. Vous avez sûrement tous entendu parler de ces moines qui pratiquent le kong-fu dont il cultive l’art et la pratique, encore aujourd’hui.

 

L’arrivée sur le site nous met direct au parfum: nous entrons dans un haut lieu du tourisme chinois. Il est bien difficile de se dire, à la descente du car, que l’on va visiter un temple, encore en activité, entourée d’ 武术学院 (écoles d’arts-martiaux). Pour s’orienter, pas de difficulté, il suffit de suivre la colonie de touristes qui s’avancent. Sur chaque côté, jusqu’à l’entrée à proprement dite, des adolescents tiennent des drapeaux colorés. On passe vers un ensemble de bâtiments abritant principalement des échoppes de souvenirs puis on s’arrête sur les bords d’une place dégagée. Là, une musique épique retentit et nous avons le droit à un petit avant-goût de kong-fu. Même si le spectacle semble bien rôdé, on ne peut s’empêcher d’admirer la force, la puissance et l’agilité de ces moines. Une fois terminé, passé les portiques de sécurité, on entre.

 DSC07346-small

Sur le chemin de l'entrée

DSC07355-small

Rien qu'avec ce panneau, on sent déjà l'endroit, très, mais alors très touristique!

DSC07369-small

Un vieil homme et un enfant

DSC07374-small

 

Premier arrêt à ce que je croyais être le temple mais qui n’avère être en fait une construction uniquement destinée aux représentations d’arts-martiaux. Comme avant un concert, on se presse devant les portes et puis, à l’ouverture, on s’engouffrent en courant pour trouver une bonne place. Là, l’aspirateur à RMB se remet en marche et on propose pour 20 RMB de se faire tirer le portrait avec les moines en position de combat. Alors que j’imagine cette activité faire un bide en Occident, elle le plein avec par exemple, sur mes 4 amis coréens, 3 qui ont payé pour se faire photographier. 

Encore une fois, la représentation est plutôt impressionnante. Au milieu du spectacle, on propose à 3 spectateurs “d’apprendre” quelques mouvements. J’avais déjà expérimenté ça à Hong-Kong (cliquer ICI) et à Nanjing (cliquer ICI) mais j’en suis toujours surpris: le public chinois est très bien éduqué! Tout le monde rit et s’étonne en même temps… Pas de voix discordante. Comme si la masse devenait une personne - aucune “dissonance”!

 DSC07380-small

      Armée...de touristes

DSC07391-small

Un étalage pour touristes avec katana, colliers, ... Tout semble bon marché mais les prix sont loin de l'être!

DSC07434-small

Le bâtiment des représentations

DSC07402-small

Une de mes amies coréenne qui prend la pause (au centre)

DSC07409-small

Pendant la représentation

DSC07419-small

 

DSC07427-small

En sortant de la représentation, des étudiants s'entraînent...ou font le show, à choix!

DSC07435-small

En passant devant une école d'arts-martiaux

DSC07441-small

Téléphone public bouddique!

Après une demie-heure de démonstration, il est temps de visiter le temple des moines Shaolin. Incendié pour la dernière fois en 1928, le temple a été bien souvent pris pour cible pendant les guerres. Il faut savoir que ces moines ne pratiquaient pas les arts-martiaux pour épater la galerie mais étaient des guerriers, toujours du côté des gentils, ça va de soi!

 

Malgré cela, c’est un des plus beaux temples bouddhiques qu’il me fut donné de voir. Même si la plupart, voire peut-être la totalité des bâtiments ont été rénovés, il règne là quelque chose d’authentique. Peut-être est-ce dû aux vieux arbres, aux antiques stèles, mais on oublie qu’on est dans un lieu touristique. Le temple, enfin, les temples sont beaux, variés et il y toujours quelque chose de nouveau à voir.

 DSC07447-small

      A côté du temple

DSC07454-small

Allée dans le temple avec des fleurs de lotus sculptées

DSC07460-small

 

DSC07461-small

Stèle

DSC07463-small

 

DSC07465-small

 

DSC07466-small

Détail d'une stèle

DSC07473-small

A l'intérieur d'un temple

DSC07487-small

Dans la partie supérieure du temple, interdite aux touristes, des moines chantent

 

Les voilà en vidéo!

DSC07490-small

 

DSC07491-small

 

DSC07496-small

 

DSC07497-small

Après le monastère, direction un cimetière très spécial: une forêt de pagodes (少林寺塔林). 246 de ces édifices composent cet étrange ensemble qui évoque, comme son nom l'indique, une forêt. Elles-mêmes incluses dans une véritable forêt, j'ai trouvé cet endroit vraiment unique. Chacune des pagodes qui s'y trouve a été édifiée en l'honneur d'un moine décédé, pour la plupart du temps illustre. Les formes varient et on ne tombe ainsi jamais dans la répétition, malgré la quantité et la grandeur du site.

 

DSC07504-small

 

DSC07508-small

Construite en 1121, cette pagode. Appelée la "pagode commune", elle se distingue des autres car elle a été construite pour un moine "normal" (donc pas un grand maître). Pendant la dynastie des Song (960-1279), c'est d'ailleurs la seule pagode qui a été construite. On peut donc penser qu'elle fut utiliser à plusieurs reprises pour des célébrations, que ce soit pour des moines célèbres ou non.

DSC07510-small

Voilà la plus ancienne pagode du site qui date de 791. Elle a été érigée pour en l'honneur du maître Fawan qui, sur ses 76 années de vie, en a passé 57 dans la vie monastique.

DSC07513-small

DSC07514-small

 

DSC07515-small

 

Sur le chemin du retour, des jeunes gens s’entraînent. Interdiction formelle de prendre des photos mais je réussirai quand même à en prendre une, de très loin! Impressionnant de voir ces centaines d’adolescents (je n’ai pas vu de filles) s’entraîner, tous ensemble, exécutant de concert les mêmes mouvements…

DSC07527-small

Les "tâches" rouges que l'on peut voir sont en fait les étudiants...

Repost 0
29 avril 2010 4 29 /04 /avril /2010 04:04

Il y a quelques semaines, on nous a parlé d’un voyage organisé par l’université, après les examens de la mi-semestre. 3 possibilités: Pékin, Xi’an et la province du 河南 (Henan). Ayant déjà visité les deux premières destinations (cliquer ICI et LA), je me suis décidé pour le Henan. Pour 800 RMB, le train, l’hôtel, les repas et les visites étaient comprises, plutôt une bonne affaire.

 

Ma principale crainte concernant ces quelques jours: l’organisation. J’avoue ne pas être très fan des séjours tous compris où on est conduit, un peu comme un troupeau de bovins, dans des endroits trop touristiques pour être vrais, sans vraiment voir le pays lui-même.  J’avais particulièrement eu cette sensation lors de la visite de la forêt de pierres à Kunming (cliquer ICI) où j’avais remarqué que les groupes allaient tous aux même endroits, photographiaient tous la même chose et ratant ainsi les plus beaux endroits… C’était malgré tout l’occasion de voyager comme le touriste chinois type qui, habituellement, ne déroge pas à la règle du guide à petit drapeau et micro portatif, guidant tel le messie ses disciples, de place en place.

La première journée me conforta malheureusement dans mes a priori, à une exception prêt.

 

Après 11 heures de train-couchette, nous arrivons à Kaifeng, notre première étape. Ma première impression de cette ville dont la population équivaut à celle de Zürich fut d’arriver dans un petit village paisible. La gare faisait d’avantage penser à une petite bourgade sans intérêt et les alentours étaient déserts. 

DSC07077-small

"Mon" compartiment avec de gauche à droite: un camarde de classe, son copain et mon coloc', tous coréens!

DSC07084-small

Démonstration de la manière de manger des nouilles instantanées de manière optimale, c'est-à-dire en faisant une espèce de petit cornet avec le couvercle, histoire de ne pas se brûler la bouche...

DSC07096-small

Campagne henanaise

DSC07110-small

Gare de Kaifeng

DSC07112-small

En sortant de la gare

Je n’étais absolument pas au courant de ce que nous allions visiter, par volonté de surprise. J’aurais peut-être du me renseigner… Notre car débarque dans une rue où on en trouve déjà une ribambelle - ça sent mauvais. Deuxième mauvais présage, des hordes, des centaines de touristes se pressaient contre l’entrée, semblant attendre quelque chose. Cerise sur le gateau, on nous fait signe de nous écarter afin de laisser vide une place. Une musique, évoquant un mauvais film d’aventure, se déverse des haut-parleurs, un portail s’ouvre et des acteurs en tenue de soldats arrivent en courant. C’est un pathétique spectacle historique auquel nous allons assister avec en vedette, un empereur de la dynastie Song (960-1127). Il faut en effet savoir que pendant cette période, Kaifeng fut, à l’image de Pékin aujourd’hui et puis avant elle Xi’an ou Nanjing, capitale de Chine.

 DSC07124-small

Troupeau de touriste à bob rouge

DSC07125-small

Juste avant le début du spectacle, je n'ai pas pu m'empêcher de photographier cette dame!!

DSC07129-small

Comme vous le voyez, même les figurants s'ennuient...

La représentation terminée, j’apprends enfin où nous nous trouvons: le parc Qingming au bord du fleuve. Sous ce nom à l’allure poétique se cache en fait une grosse arnaque. Créé sous le modèle d'une très célèbre peinture, exécutée pendant la dynastie des Song: "Scène au bord de la rivière lors de la fête de Qingming". Son grand intérêt est de montrer un tas de scène de la vie quotidienne, ce qui a permis d'en savoir plus sur la façon dont on vivait à cette époque. Le parc s'inspire donc des différentes scènes pour sa mise en scène...

En plus d’un prix d’entrée bien trop cher pour ce qu’il est, cet endroit ne fait que dans l’apparence. Tout est prétexte à vous faire sortir votre porte-monnaie, que ça soit pour nourrir des poissons, faire un tour en bateau, nourrir des poissons, se faire photographie en tenue “traditionnelle” ou pour acheter une bouteille, vendue ici à au moins 200% de son prix courant.

 

Heureusement, mon colocataire était là et j’ai pu faire la “visite” des lieux avec lui-même et ses amis. Si je n’ai pas pu voir “la vraie Chine” ce jour-là, j’ai eu l’occasion de mon plonger dans la culture coréenne (mon coloc’ est coréen). Les aiguilles des heures et des minutes parviennent enfin à l’heure du départ et nous quittons enfin cette absurdité.

 DSC07131-small

张择端 (Zhang Zeduan) (1085-1145), le peintre

DSC07132-small

La portion la plus connue de l'oeuvre

DSC07135-small

La voilà reproduite

DSC07137-small

Mes amis et moi-même. De gauche à droite, de haut de en bas: moi-même, mon coloc, une amie dont j'ignore la nom ^^, un camarde de classe et son copain

DSC07147-small

 

DSC07148-small

 

DSC07149-small

 

DSC07150-small

 

DSC07169-small

Regroupement massif de poisson qui attendent qu'on leur jette à manger

DSC07172-small

 

DSC07177-small

Vue panoramique

DSC07180-small

idem

DSC07185-small

Le panneau libérateur, avec tentative de traduction en français!

La deuxième visite ne sera malheureusement pas mieux, pour d’autres raison. Nous arrivons aux portes de la 开封府 (préfecture de Kaifeng). Construite pour la première fois il y a 1000 ans, alors que Kaifeng devenait capitale, de cet ensemble de bâtiments était géré la ville et les alentours. La courte présentation sur le billet d’entrée précise que la préfecture de Kaifeng est la première préfecture de Kaifeng, ça nous avance bien! 

Si j’ai bien compris le panneau explicatif, ce que nous avons visité n’est en fait qu’une reconstitution de la préfecture à l’époque de la dynastie des Song.

 

La visite ne fut pas franchement passionnante. Rien de particulier, rien d’intéressant si vous avez déjà visité quelques anciens groupes de bâtiments, pour faire large, comme la Cité Interdite par exemple (cliquer ICI). Rien à dire de plus sur l’endroit…

 DSC07188-small

L'entrée

DSC07191-small

Photo de groupe

DSC07194-small

Notre guide et ses armes: le petit drapeau et un micro portatif

DSC07197-small

 

DSC07198-small

 

DSC07201-small

Un plafond

DSC07203-small

 

DSC07218-small

 

DSC07221-small

 

DSC07227-small

Vue panoramique

Dernière étape de la journée, le 铁塔公园 (le parc de la pagode de fer). Ladite pagode a été édifiée au 11ème siècle et, contrairement à ce que son nom indique, en briques. D’une hauteur de 55.3 mètres, elle est la plus haute construction de ce type. Voilà pour les détails techniques.

C’est la visite qui m’a le plus plu de la journée. En effet, pour la première fois de ce voyage, il nous était donner de voir quelque chose de réellement original. Le parc est plutôt quelconque mais met bien en valeur la tour. Pour 10 RMB, on peut rentrer pénétrer dans la pagode et monter au sommet. Quelques-uns s’y sont aventurés, dont mon colocataire et moi-même. La montée fut plutôt fastidieuse. Les marches sont très hautes, le passage est plutôt bas de plafond et étroit, claustrophobes et personnes trop corpulentes s’abstenir! La montée se termine par un cul-de-sac, condamnée par un bas relief de Bouddha.

DSC07232-small

 

DSC07239-small

la pagode de fer

DSC07241-small

 

DSC07244-small

 

DSC07247-small

 

DSC07250-small

Dans la pagode

DSC07253-small

Depuis une ouverture, quelques bas-relief représentant des figures bouddhiques

DSC07254-small

Détail

DSC07255-small

 

DSC07266-small

Fin des escaliers, condamnée par un Bouddha

La journée se termine et notre car nous emmène directement dans la capitale de la province: 郑州 (Zhengzhou). Là, pas de visite mais un souper plutôt quelconque et fade et un hôtel pas très frais, mais confortable. 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Romain - Made in Switzer南
  • Le blog de Romain - Made in Switzer南
  • : Je m'appelle Romain, je suis Suisse et j'ai 23 ans. Après 2 ans d'étude de mandarin à l'université de Genève, j'ai décidé, avec l'aide d'une bourse, de partir une année à Nanjing (province du Jiangsu) améliorer mes connaissances linguistiques. Sur ce blog, je raconterai donc ma vie ici en Chine, mes voyages, mes réflexions, mes remarques, etc...
  • Contact

Recherche

Archives