Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 juillet 2012 5 27 /07 /juillet /2012 13:34

Voilà plus de deux ans que mon aventure nankinoise s'est terminée et que je n'ai plus publié sur ce blog. Depuis, beaucoup de choses se sont passées: master en études asiatiques, stage de 6 mois à Shanghai et puis retour en Suisse depuis quelques mois avec un futur encore à écrire...

Les commentaires se sont ainsi logiquement fait plus rares mais pas les visites qui continuent d'être très régulières malgré l'inactivité de ce blog. Si je n'ai pas réalisé de sondages d'opinion, j'imagine que les internautes qui atterissent sur ici sont soit des passionnés de Chine, des étudiants en chinois ou tous simplement des voyageurs...

Lors de mon second séjour en Chine, je n'ai malheureusement pas eu l'occasion de renouveler l'expérience du blog, par manque de temps essentiellement. J'ai cependant continuer de prendre des photos, une passion qui n'a fait que grandir et qui jusqu'à aujourd'hui ne m'a pas quittée... Ainsi, vous pourrez trouver sur ma galerie Flickr une majorité de photos de Shanghai, mais également de quelques voyages en Chine... Aujourd'hui, je continue de l'alimenter de mes voyages, de mes découvertes, en Suisse ou ailleurs...

Sur le point de retourner pour la troisième fois au Ladakh (voir la section "Inde"), je mettrai en ligne mes meilleures (ou moins pires, c'est selon!) clichés de ce nouveau voyage!

Donc pour celles et ceux que ça intéressent, voilà l'adresse de ma galerie: Cliquez ICI!

 

Repost 0
Published by Romain Barrabas - dans Réflexions
commenter cet article
7 juillet 2010 3 07 /07 /juillet /2010 13:15

Aujourd'hui, dernier article, derniers mots, dernières lettres et puis un point final.

Je suis parti un 20 août 2009 de Suisse, j'y suis revenu le 29 juin 2010. Entre temps, 139 articles, beaucoup d'événements, de beaux moments comme des plus difficiles. Au final, une expérience qui m'aura marquée et dont je garderai les traces longtemps.

Au début, j'avais ouvert ce blog pour deux raisons. La première: garder contact avec ma famille, ma copine, mes proches. L'idée des mails ne m'emballait pas plus que ça et je ne suis pas sûr que j'aurais tenu le rythme. Le blog au contraire motive. Plus on écrit, plus il devient riche. Les statistiques sont aussi là pour nous rappeler les lecteurs qui viennent chaque jour, une motivation supplémentaire.

Le deuxième objectif: aider de futurs étudiants. Ayant moi-même beaucoup utilisé les blogs pour sélectionner la ville et l'université que j'allais fréquenter, j'ai décidé de mettre en ligne mon année chinoise.

Aujourd'hui, je me rends compte qu'une troisième raison m'a poussée à écrire régulièrement. La Chine est un pays plein de préjugés, d'a priori souvent eronnés ou en tout cas exagérés, sortis de leur contexte culturel. Je ne suis pas sinologue mais j'ai vécu dans ce pays pendant 10 mois avec la volonté de le connaître par l'expérience, par les contacts. Le temps s'accumulant, j'ai appris à apprécier ce pays sans tomber dans le fanatisme. Alors forcément, on remarque que les idées toutes faites sont fausses et que la réalité est bien plus intéressante et enrichissante. L'écrire sur un blog permet d'avoir une audience large qui permet alors peut-être de faire tomber quelques préjugés...

Voilà, Made In Switzernan se termine aujourd'hui.

J'espère que vous aurez eu plaisir à me lire ou à regarder les photos mises en ligne. Moi pour ma part j'ai pris un grand plaisir à communiquer ce que je vivais où les réflexions qui me venaient. Peut-être que je recommencerai l'expérience lors d'une prochaine expatriation. D'ici là je vous dis à bientôt, au revoir ou comme on dit en Chine: 再见.

Repost 0
Published by Romain Barrabas - dans Réflexions
commenter cet article
5 avril 2010 1 05 /04 /avril /2010 15:09

Samedi dernier, j'ai compris que je ne serai jamais Chinois.

Vous savez, après presque 7 mois en Chine, je croyais pouvoir dire que je connaissais un peu la Chine. Je croyais pouvoir dire que je comprenais de mieux en mieux ce qu'on pouvait y faire comme ce qui ne pouvait pas. Je croyais que malgré mon apparence, je réussissais de mieux en mieux à me fondre dans la masse, à faire oublier aux Chinois mon "étrangeté". Et bien j'avais tort...

Samedi passé, il est midi, je suis à Fuzimiao (cliquer ICI). J'ai faim. Je me dirige vers la place qui regroupe tous un tas de petits stands qui vendent moult plats, jusqu'à aujourd'hui tous très bons. Il fait beau et toutes les tables sont prises. Pas grave, je me dis, j'irai me poser quelque part, je trouverai bien un bout d'escalier où je pourrai manger tranquillement. Au bout de quelques instants, je trouve un endroit qui me semble approprié, je m'assois par terre et je commence à manger. Là, je m'aperçois qu'on m'observe avec étonnement, amusement. Un peu agacé, je me lève et cherche à nouveau une petite place pour manger. A côté d'un pont, j'aperçois des escaliers qui descendent vers le fleuve. Je m'y pose et recommence de manger. Quelques secondes plus tard, une femme se penche du pont et m'observe, sans rien dire. Elle se retourne, parle et une deuxième personne m'observe. Là je m'énerve et leur lance un sonore "Eh!". Elle continue de me regarder, sans rien dire. Je leur demande si elles ont un problème, toujours aucune réaction. Franchement excédé, je quitte mes escaliers et trouve finalement un endroit où finir mon repas, sans regard indiscret...

DSC06499-small

Dans une ruelle de Fuzimiao...c'est le printemps!

DSC06502-small

Une ancien puit

DSC06505-small

Sur la place principale

DSC06509-small

Brochettes de fraises enrobées de sucre

J'en viens à la conclusion suivante: soit j'ai une façon de manger absolument extraordinaire, soit il y a méprise. J'opte pour la deuxième solution. En Europe, voir quelqu'un manger un hot dog, posé dans un coin, ne choque pas plus que ça. En Chine, je crois avoir compris ce jour-là que c'était franchement déplacé. Si on mange par terre, c'est qu'on est un clochard. Et après réflexion, je crois bien que j'ai raison car jusqu'à aujourd'hui, les seuls que j'ai vu manger parterre sont effectivement des SDF...

7 mois que je vis en Chine et j'ai toujours énormément de peine à faire la différence entre ce qui est poli ou autorisé de ce qui ne l'est pas... En fait, la principale difficulté est de savoir si telle comportement est une particularité où une généralité. Je l'avais écrit dans mon article d'introduction (cliquer ICI), ma principale tâche en Chine consiste à dénaturaliser ce qui me semblait aller de soi et par extension à normaliser ce qui me semble "bizarre" ou étrange. Je peux vous dire aujourd'hui que je trouve ça dur mais toujours très intéressant!

En Chine, je suis un enfant dans un corps d'adulte. J'ai 23 ans et même si je suis étranger, j'ai la volonté de me comporter comme un Chinois, de me fondre dans la masse. Le problème c'est que lorsqu'on est un enfant, on nous explique ce qui est bien ou mal. Là, tout se complique car c'est à moi d'observer, à moi de demander au risque de paraître parfois ridicule. Je vous donne un exemple tout bête. Le soir, je suis allé manger avec 3 Chinois, tous plus âgé que moi. Devant moi, j'ai une petite assiette, un verre, une cuillère, une paire de baguette et un petit bol. Et bien je me suis rendu compte que je ne savais pas manger... Je veux dire, est-ce-que l'assiette sert simplement de sous-plat au bol ou est-ce-qu'on peut aussi l'utiliser pour manger? Si on peut l'utiliser, alors qu'est-ce-qu'on met dans le bol et qu'est-ce-qu'on met dans l'assiette... Bon, vous allez me dire que l'enjeu n'est pas si important que cela mais quand même...

Pourtant, en 7 mois, j'en ai appris des choses. Je serais incapable de vous faire une liste mais je vois bien que de jour en jour je comprends mieux, que certaines choses bizarres me semblent aujourd'hui tout à fait admises... Mais voilà, je suis encore très très loin d'être un Chinois!

Tout ça m'amène à une autre considération: la mondialisation où la globalisation, appelez ça comme vous voulez. Beaucoup de gens disent aujourd'hui qu'avec la globalisation, le monde est peu à peu en train de s'uniformiser... Moi je dis "foutaises". Non mais très sérieusement, même si oui le monde a tendance de plus en plus à se rétrécir, grâce à internet, les avions, ... je doute vraiment qu'on puisse parler un jour d'une seule et unique culture. Je le constate chaque jour en comparant ma propre culture à celle que je vis chaque jour ici et je me rends compte de l'infinité des différences, si minimes soient-elles. On ne se rends pas compte mais au quotidien, on respecte une quantité affolante de règles qui font de nous des êtres civilisés parmi les autres. En Chine, si on refuse la facilité de passer pour l'étranger de service pour tendre à se comporter comme un Chinois, c'est quasiment mission impossible... 

Bon, je continue à parler de mon samedi... Je m'étais rendu à Fuzimiao pour acheter un cadeau avec l'aide d'un nouvel ami chinois qui se trouve en fait posséder une boutique dans le marché du thé de la ville (à lire dans un prochain article). Connaissant quelqu'un qui possédait un magasin qui vendait ce que je recherchais, il m'a proposé d'y aller avec lui afin d'avoir un prix défiant toute concurrence, ce qui est plutôt très rare en Chine... Effectivement, je trouve l'objet tant désiré avec un prix tellement bas que la vendeuse a téléphoné à son patron pour être sûre qu'elle avait le droit de me le vendre!

Après cela, le patron arrive à la boutique et m'invite à boire le thé dans une autre de ses boutiques... J'accepte très volontiers. De fil en aiguille, nous repartons dans la boutique de thé de mon ami où nous continuons de boire du thé. Et puis, je suis invité à un petit souper improvisé qui sera abondamment arrosé de baijiu pour mes amis et de bière pour moi. La soirée se termine dans une des boutiques de l'ami de mon ami (vous suivez ^^?) où je suis officiellement l'ami de tout le monde. D'ailleurs, on me propose de donner des leçons d'anglais ou de français au fils de l'ami de mon ami qui n'a pas l'air plus motivé que ça. Ne voulant pas briser cette nouvelle amitié (il est toujours très bien d'avoir un ami commerçant en Chine...), j'accepte. Alors que la soirée se termine, on m'offre une peinture un peu abîmée qu'on me dit très précieuse. Sur le chemin du retour, mon ami (celui qui tient la boutique de thé) m'annonce que celle-ci vaut dans les 4000 RMB soit quand même à peu près 600 frs...

DSC06515-small

Le fils d'un de mes nouvel ami!

Tout ça pour dire que j'en suis arrivé à la conclusion suivante: la Chine est un club très fermé mais qui n'en donne pas l'impression. A Haerbin, j'avais rencontré un Allemand (cliquer ICI) qui vivait depuis une vingtaine d'année en Chine, sans pour autant parler un mot de chinois... Et bien je me dis que c'est un pauvre homme... Je l'ai vécu pendant ce samedi, le fait d'être "pistonné", d'être devenu l'ami de 3 Chinois qui pourraient avoir l'âge d'être mon père en quelques heures, d'être trimballé de boutique en boutique puis dans un restaurant m'a donné à voir une réalité que je ne connaissais pas. Samedi passé, j'étais Chinois, pendant quelques heures... Je ne sais pas si mon expérience aurait été la même dans un autre pays où si tous les expatriés un tant soi peu curieux ont vécu cette sensation... J'ai entendu dire qu'en Chine, ce qu'on appelle les 关系 (guanxi), qui se traduit un peu maladroitement par relations sociales est quelque chose d'extrêmement important... C'est peut-être cela...

Je crois aussi que le fait d'avoir la constante possibilité de pouvoir marchander ce que l'on achète modifie en profondeur les rapports sociaux. Car il existe bien des façons de négocier. On peut simplement dire un prix plus bas, mentir, bluffer, s'énerver, séduire et j'en passe. On peut également être fidèle à un endroit et ainsi avoir des prix toujours très bas. C'est ce que je fais lorsque j'achète des peintures, que ça soit pour mes amis, ma famille où moi, je retourne toujours au même endroit. Le patron me connaît, ne tente pas de me baratiner et me donne toujours son meilleur prix (que je négocie encore un peu ^^). Résultat, j'y retourne souvent et je crois même pouvoir dire qu'une espèce d'amitié s'est créée... On peut aussi user de ses relations comme je l'ai fait ce fameux samedi. Je sais qu'il y a beaucoup de personnes qui répugnent de "tuer les prix" comme on dit ici, mais plus je le fais et plus je me rends compte de la richesse que cela apporte...

Si on joue le jeu, un commerçant peut rapidement devenir votre ami, qui peut-être vous fera connaître ses relations et ainsi étendre votre réseaux "d'amis" pour avoir des prix correctes...

Voilà, j'ai terminé mon article boule de neige... Je suis parti un peu dans tous les sens mais je ne saurais dire pourquoi, ce samedi m'a poussé à la réflexion et vous savez bien comme un esprit peut vagabonder parfois... Enfin bref, j'espère ne pas avoir été trop ennuyeux et félicitent d'emblée ceux qui m'auront complètement lu!

Repost 0
Published by Romain Barrabas - dans Réflexions
commenter cet article
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 04:54

C'est dingue comme le temps peut passer à une vitesse inimaginable ou au contraire s'allonger au point de sembler s'arrêter selon les situations non? Le 22 janvier, après un semestre de chinois intensif, les vacances étaient enfin arrivées... Un peu plus d'un mois plus tard, paf, rentrée scolaire... Bon on le sait, toute bonne chose a une fin mais là, j'avais vraiment envie que ça continue!

Rentrée scolaire rime ici avec nouveauté. Déjà au niveau des cours. Je vais certainement en décevoir beaucoup mais les aventures de mon prof d'écoute et d'oral, alias M. Frasque (cliquer 1, 2, 3 ou 4 pour lire les articles à son sujet) sont terminées. Nouvelle classe, nouveaux profs. Non qu'ils ne soient pas intéressants mais ils semblent bien plus académiques donc forcément, potentiellement moins intéressant pour écrire leurs sorties... Bon maintenant on ne sait jamais, après tout je ne suis leurs cours que depuis 1 semaine!
 
Nouveau également concernant mon colocataire. Durant le premier semestre, j'habitais avec un Kazakhstanais, Konstantin (cliquer ICI). Nos rapports étaient d'avantage polis qu'amicaux mais le cohabitation ne posait pas trop de problème. Un jour, il a commencé à souffrir du dos et est parti 10 jours à Dalian, une ville au nord de la Chine, faire des examens. Résultat: niet! Retour à Nanjing, tournée des hôpitaux et toujours le même verdict. Finalement, le 15 décembre, il retourne dans son pays et dès lors, silence radio. Dans l'avion qui me ramenait de Xi'an à Nanjing, je n'ai d'ailleurs pensé qu'à ça: qui sera mon futur colocataire?
Ma principale angoisse fut que ce soit un francophone. Et oui, qui dit langue maternelle commune dit absence totale de vie privée! Que je téléphone à mes parents, ma copine, mes amis, il saura tout, absolument tout! Alors quel ne fut pas mon bonheur de rencontrer 권태중! Japonais, Chinois, Thaï? Non non non, Coréen! Kwon Taejoong, 23 ans, fan inconditionnel de base-ball... Dès le début le courant passe et c'est une bonne chose, nous allons vivre comme un couple pendant les 4 prochains mois! Autre avantage, il ne parle pas anglais, nous obligeant ainsi à toujours parler en chinois!
Cohabiter avec Taejoong risque de m'ouvrir beaucoup de portes ici! En effet, bien que Nanjing se trouve en Chine (sans blague ^^?!), dans le campus de l'uni, il y a bien une chance sur deux pour que la personne que vous croisiez soit coréenne. Vous trouverez aussi énormément de restaurants mais aussi des églises (les Coréens sont majoritairement très croyants ou font tout comme) ainsi que certains rayons entiers de nourriture et de boissons coréens. En plus de la culture chinoise, que je découvre depuis maintenant presque 6 mois, j'aurai donc le plaisir d'entrevoir, par l'intermédiaire de Taejoong, ce pays qui m'est absolument étranger!
DSC05901-small

De gauche à droite: moi-même et Taejoong lors de la première fête du semestre! Comme vous pouvez le constater, le courant passe plutôt très bien!

DSC05904-small

Taejoong dans toute sa splendeur, toujours pendant cette fête!

Nouveau enfin concernant...moi-même! Mon état d'esprit a bien évolué depuis la dernière rentrée universitaire! L'appréhension s'est transformée en curiosité. Je prends conscience que mon retour en Suisse n'est plus si loin que ça et que je dois profiter un maximum du temps qu'il me reste ici. Je souhaite par exemple, toute les deux semaines, partir découvrir un endroit en Chine. Première destination: Shanghai, qui ne se trouve qu'à 2h30 de train d'ici. J'essaye aussi de regarder un peu plus la TV chinoise, en particulier les informations, même si je l'avoue, je rame complètement! Prochain projet, acheter un journal chinois et tenter de comprendre, ne serait-ce que les titres! Enfin bref, pleins de projets, plein d'idées qui visent à connaître un peu mieux ce grand pays... 

Repost 0
Published by Romain Barrabas - dans Réflexions
commenter cet article
10 septembre 2009 4 10 /09 /septembre /2009 14:24


Ma première impression fut la peur de cette année. Ma seconde, une vieille odeur de lino. Ma troisième fut la chance de trouver un véhicule qui m’amena devant mon université.

 

Voilà comment je pourrais résumer mon arrivée à Nanjing. Contrairement à Leh et Hong Kong, je savais que j’allais passer quelques mois de ma vie dans cette ville. Pour moi, ça changeait tout. De plus, contrairement à Hong Kong où l’anglais me servait de bouée de secours, Nanjing parlait très mal anglais. Je dus mettre à contribution toutes mes connaissances, parfois avec succès, parfois sans.

 

Heureusement, j’ai rapidement rencontré des gens qui ont pu m’aider, m’aiguiller. Pleins de choses… Ou se trouve ma chambre, ou acheter un duvet, ou acheter un vélo, ou aller déjeuner. A Nanjing, je suis comme un nouveau né à la différence que j’ai déjà eu une autre vie avant, qui continue de m’accompagner. En somme, je vais mener une double vie. Je continuerai celle que j’ai mené jusqu’alors tout en en débutant une nouvelle.

 

En ethnologie, on appelle ça dénaturaliser. Voilà l’action que je risque de répéter bon nombre de fois: dénaturaliser. Tout ce qui me paraît normal, comme allant de soi, ne l’est plus ici. Je vais devoir apprendre à me situer dans une ville qui compte autant d’habitants que mon pays. Je vais devoir apprendre à faire mes courses en acceptant de ne pas pouvoir tout lire lorsque j’achète ma poudre de lessive. Je vais devoir apprendre à vivre dans un campus, dans cette mini planète où toutes les nationalités se croisent. Je vais devoir apprendre encore tellement de choses!

 

C’est à la fois excitant et effrayant. Je suis très curieux de savoir qui je serai devenu dans une dizaine de mois. Différent sans doute, mais moi-même...malgré tout!

 

Je ne suis qu’au début. Alors je me concentre, j’attends le départ.

 

3...2...1...开始!

Première image 
Repost 0
Published by Romain Barrabas - dans Réflexions
commenter cet article
29 août 2009 6 29 /08 /août /2009 11:16

Je viens de passer 6 jours au Ladakh et j’ai l’impression d’y être depuis bien plus longtemps. Selon moi, deux raisons expliquent cette impression. Tout d’abord, même si je suis actuellement en vacances, le fait de savoir que je ne retourne pas en Suisse “allonge” chaque moment que je vis. Cependant, je crois que la raison principal de cette illusion tient dans l’énorme différence qui existe entre la société dans laquelle j’ai grandi et celle où je passe ces quelques jours. En effet, mis à part quelques repères fixes, je me sens à des années-lumières de ce que j’ai l’habitude. 

 

Cela étant, j’ai passé des moments merveilleux et épiques dont voici le résumé, jour après jour.


Repost 0
Published by Romain Barrabas - dans Réflexions
commenter cet article
29 août 2009 6 29 /08 /août /2009 10:13

(écrit le 20 août, en transit à l’aéroport de Doha)

 

Je vous souhaite à toutes et à tous la bienvenue sur mon blog! Pour ceux que ne me connaissent pas, je vais rapidement me présenter. J’ai aujourd’hui 23 ans et je viens de terminer mon Bachelor en anthropologie, journalisme et chinois. Durant ma dernière année, j’ai obtenu une bourse afin d’aller étudier le chinois durant une université. Finalement, c’est à la fin du mois de juillet que j’apprends ma destination finale: l’université normale de Nanjing (ou Nankin).

 

Dans ce blog, je commencerai par présenter mes deux premières destinations: Leh et Hong-Kong. Puis, je raconterai ma vie pendant cette année chinoise qui s’annonce pleines d’aventures. Je suis actuellement à l’aéroport de Doha au Qatar, assis près du quai n°11, en attendant d’embarquer pour Delhi.

 

Mon esprit est en pleine ébullition! Je pense à ma vie que j’ai laissée en Suisse et à celle qui m’attend en Chine. Je suis heureux et malheureux, excité et angoissé. Pour la première fois, je voyage seul et cette fois non en tant que touriste mais comme étudiant. Je me rends compte que pendant ces quelques 11 mois, je serai un étranger. Je vais devoir apprendre des choses qui peuvent paraître évidentes pour un habitant du pays mais pour moi pas du tout. Ethnologue encore en herbe, je vais faire cette expérience de plonger dans un univers culturel qui m’est totalement étranger en pratique et tenter de m’y fondre. Bien sûr, j’apprends le chinois depuis bientôt 2 ans, je connais globalement sa géographie, son histoire mais tout ça, c’est de la théorie… 

 

Voilà, j’espère que j’arriverai à vous emmener un peu avec moi…

Repost 0
Published by Romain Barrabas - dans Réflexions
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Romain - Made in Switzer南
  • Le blog de Romain - Made in Switzer南
  • : Je m'appelle Romain, je suis Suisse et j'ai 23 ans. Après 2 ans d'étude de mandarin à l'université de Genève, j'ai décidé, avec l'aide d'une bourse, de partir une année à Nanjing (province du Jiangsu) améliorer mes connaissances linguistiques. Sur ce blog, je raconterai donc ma vie ici en Chine, mes voyages, mes réflexions, mes remarques, etc...
  • Contact

Recherche

Archives