Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 12:31

L’après-midi fut consacrée à ce que Chirac a nommé la 8ème merveille du monde, j’ai nommé l’Armée de Terre Cuite (兵马俑), l’un des sites historiques les plus célèbres de Chine.

Commençons par une petite leçon d’histoire, Nous sommes pendant la période des “Royaumes Combattants” (-453/-221). Ce qu’on appellera plus tard la Chine est à ce moment là divisée en plusieurs royaumes (王国) qui se font la guerre. Vers la fin, encore 7 s’affrontaient. Mais comme tout le monde, le sait, il n’en restera qu’un ! Parmi ceux-ci, le royaume de Qin prend de plus en plus le dessus jusqu’à battre tous ses adversaires. A la tête de ceux-ci, le futur premier empereur de Chine, 嬴政 (Ying Zheng). Monté sur le trône à l’âge de 13 ans, il ne prendra réellement le pouvoir qu’à 21 ans. En -247, la construction du mausolée démarre, le future souverain n’est alors qu’un enfant mais déjà préoccupé par la trace qu’il laissera.

A 39 ans, il réalise une prouesse: réunir les différents royaumes alors vaincus en un seul - la Chine est née (territoire bien plus restreint qu’aujourd’hui). Comme il considérait avoir réaliser un exploit, il s’inventa le titre de 秦始皇笛 (Qin Shi Huangdi) qui signifie littéralement “le premier auguste-souverain des Qin”. Il se met également en tête d’unifier toute une série de choses: centralisation du pouvoir, unification de l’écriture, les poids et mesures, les pièces de monnaie (rond avec un trou carré au milieu: le rond symbolise le ciel, le carré la terre), les essieux de char, la largeur des routes et même la vitesse à laquelle les chars pouvaient rouler. En plus de cela, il fit brûler tous les livres confucéens et enterra vivant près de 700 confucianistes afin d’unifier “la pensée culturelle”. Il fit aussi détruire toutes les murailles intérieures qui protégeaient jadis les différents royaumes et relia celles qui étaient tournées vers l’extérieur afin de se protéger des Barbares (= Non-Chinois): la Grande Muraille (长城) était née (celle qu’on voit aujourd’hui a été construite sous les Ming (1368-1644)). Pour terminer, il réalisa d’énormes travaux afin de réaliser un réseau routier digne de ce nom et continua bien entendu la construction de son mausolée. Pour vous donner une petite idée de l’ampleur des réalisations qu’entreprit Qin Shi Huangdi, quelques chiffres. 30’000’000 de personnes vivaient dans l’Empire. Parmi eux, 1’000’000 travaillaient sur la Grande Muraille et 720’000 à la construction du mausolée de l’empereur.

Si personne ne nie l’intelligence de cet homme, tout le monde s’accorde aussi à le désigner comme un tyran. Il épuisa d’ailleurs toutes les réserves financières de l’empire ainsi que son peuple. Son successeur, l’un de ces fils, ne réussira pas à continuer l’oeuvre de son père et se fit finalement renverser. La dynastie de Qin n’aura durer que 15 ans mais elle aura une influence politique qui perdurera près de 2000 ans.

Qin dynasty map.JPG

(source cliquer ICI)

Avec cette petite introduction, vous comprendrez peut-être pourquoi son mausolée accumule les superlatifs. Encore une fois, les chiffres parlent d’eux-même: 56.25  km2 de surface, 39 ans de construction, 720’000 hommes nécessaires à la construction, 10’000 morts, 8000 soldats en terre cuite et j’en passe… A côté, les Egyptiens passeraient presque pour des amateurs! Il avait d’ailleurs une idée similaire de la mort puisqu’il tenta matériellement de recréer la vie de son époque pour l’accompagner dans l’au-delà.

 

Le principal intérêt de cette tombe gigantesque, ce sont les soldats en terre cuite. Le grande particularité de ces sculptures sont bien entendu leur nombre mais surtout leur réalisation. Il faut savoir que chaque soldat a un visage différent ainsi qu’une morphologie qui peut différer légèrement. Ils font en moyenne 1.80m et pèsent plus de 200 kg. Pour en durcir la terre, il fallait faire monter la température entre 950 et 1050°C, je vous laisse imaginer les quantités de bois nécessaire. En plus de cela, chaque soldat était peint. Malheureusement, lorsque les Qin ont été renversé, les révolutionnaires ont dépouillé les soldats de leur armes (de véritables armes en bronze) et mis le feu à la structure en bois qui protégeait l’armée, provoquant ainsi la destruction des couleurs.

Les 8000 soldats sont disposés dans 3 fosses dont la plus grande, la première, fait plus de 14’000 m2. Je crois pouvoir le dire au nom de toutes les personnes de ma famille qui étaient avec moi, c’est juste impressionnant! Les sculpteurs avaient un tel talent qu’on a réellement l’impression de se retrouver face à des hommes en chair et en os, certes figés, mais vivants.

DSC05804-small

DSC05815-small

DSC05818-small

DSC05821-small

DSC05822-small

Voilà comment on a retrouvé les soldats...un vrai puzzle!

La deuxième fosse abriterait environ 1300 soldats et 89 chars de bois. Moins fouillé que la première, on peut néanmoins admirer les plus belles trouvailles dans des vitrines dont par exemple, le seul soldat intact retrouver, un arbalétrier à genoux.
DSC05836-small

Les "vagues" que l'on voit sont en fait les parties de la fosse qui n'ont pas été encore fouillées. On les laisse dans cet état jusqu'à ce qu'on trouve une technologie qui puisse conserver les couleurs qui ont résistées à l'incendie

 

DSC05837-small

Le seul soldat retrouvé en un morceau

DSC05852-small

Une des nombreuses armes retrouvée, malgré le pillage lors du renversement des Qin

La troisième abrite l'état-major de l'armée qui forme à un endroit comme un haie d’honneur, peut-être pour laisser passer l’empereur.

DSC05835-small

Haie d'honneur
DSC05857-small
Dans un autre bâtiment, les marionnettes qui ont servies pour la cérémonie d'ouverture de JO 2008. Précisons que ce sont les plus grandes marionnettes du monde faites à la main (encore un record pour la Chine!) 

On continue la visite par les deux chars de bronze, les plus grands jamais fabriqués, retrouver près du mausolée de l’empereur. Il aura fallu 8 ans pour les restaurer… Même si ils ont été réalisé à une échelle de 1:2, on a encore une fois l’impression de voir la vie et non pas des sculptures en métal. Le détail a été poussé jusqu’aux ongles, différens par leur forme sur chaque doigt!

DSC05861-small

Le premier char

DSC05864-small

On peut voir sur la bride (est-ce-qu'on dit bien bride?^^) du cheval des fils de cuivre. Ils sont extrêmement fins et encore aujourd'hui, on a absolument aucune idée comment, sans machine, ils ont pu les fabriquer!

DSC05867-small

Le char n°2, dit le char de confort. Il servait à déplacer des personnes de haut-rang, dont l'empereur. 3 fenêtre étaient disposées tout autour ce qui permettait non seulement de voir sans être vu mais également de tempérer l'habitacle.

DSC05869-small

L'un des seuls soldat où l'on peut voir les couleurs...

DSC05870-small

Voilà ce qui serait l'un des crânes des fils de l'empereur. Il faut savoir qu'au moment de sa mort, le fils qui avait été désigné comme son successeur a été poussé au suicide par une manipulation d'un eunuque et d'un ministre. Un autre fils avait été mis en place, plus manipulable. Il décida d'éliminer tous ses frères et soeurs, soit en tout 17 personnes...

DSC05871-small

Je n'y résiste pas, voici le caractère chinois le plus compliqué! Il désigne une spécialité de nouilles de la province, les nouilles biang biang (donc il faut l'écrire deux fois!!!)

Voilà pour la visite. La réputation de l’endroit n’est donc pas volée! C’est “extra-ordinaire”, fou, gigantesque… Et lorsqu’on se dit qu’on a réalisé tout ceci il y a plus de 2200 ans, il y a de quoi avoir le tournis!

Il faut savoir que les fouilles sont loin d’être terminée. Découverte en 1974 par 3 paysans qui n’ont eu pour seul récompenses 300 RMB redistribuée à leur communauté et finalement un travail sur le site, le mausolée du première empereur de Chine est loin d’avoir donner tous ses secrets. D’ailleurs le nom du site commence à être tronqué puisqu’on découvre qu’en plus d’une armée, c’est toute la société qui a été immortalisée. On a encore cependant retrouvé ni femme, ni enfant.

 

Le plus grand mystère reste le mausolée de l’empereur lui-même. Enfoui sous un tumulus de 76 mètres de haut (115 à l’époque), l’empereur n’a pas été encore réveillé. On sait que sa tombe n’a pas encore été pillée puisque la présence de mercure relevée est 8 à 9 fois supérieure à la normale (si elle l’avait été, le mercure se serait échappé). Pourquoi me direz-vous? La réponse reste en suspend. Plusieurs fois, des projets ont été lancés mais tous ont avortés avant terme. Les causes paraissent suspectes: manque d’argent, technologie insuffisante et finalement laisser aux générations futures des découvertes historiques majeures.

D’autres avancent que la tombe serait piégée. Dans tous les cas, il est vrai qu’un mystère demeure: on ne parvient pas à savoir ce qu’il y a dedans. On a bien entendu essayer de sonder le sol: on trouve les murs, les ouvertures mais rien au-delà. C’est comme si les constructeurs de l’époque prévu le coup des rayons X et utiliser du plomb pour bâtir la tombe!

La dernière raison, selon moi la plus probable: le doute! Et oui, imaginez que l’on ouvre la tombe et que ce soit un autre voire personne! Il était en effet courant à l’époque de brouiller les pistes. Notre guide nous a raconté par exemple qu’à la mort d’un empereur, 4 cortèges absolument identiques avaient quittés le palais, brouillant ainsi totalement les pistes. Une catastrophe nationale! Alors qu’on était persuadé d’avoir trouvé la dépouille d’un des hommes les plus importants de Chine, voilà qu’on se retrouve sans rien dans les mains…

Repost 0
Published by Romain Barrabas - dans Shaanxi (Xi'an)
commenter cet article
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 00:02

Dernière journée de voyage avec ma famille. Journée chargée, très chargée puisque nous allons tenter de visiter la ville de Xi’an en à peine 12 heures alors que c’est une des villes les plus riches de Chine au niveau historique. En effet, Xi’an c’est d’abord la première capitale de la Chine impériale, en 221 av. J.-C. Elle le restera jusqu’à la fin de la dynastie de Han (220 ap. J.-C.) puis sera à nouveau choisie par les Tang (618-907).  D’ailleurs, les habitants de cette ville se disent descendre de cette dynastie qui fut, pendant sa première moitié, d’une ouverture vers l’extérieur sans précédent, favorisant les échanges de toutes sortes. En bref, une dynastie très florissante. Xi’an c’est aussi 72 empereurs. C’est enfin l’une des extrémités de la fameuse Route de la Soie, ouverte au 2ème siècle par un Chinois du nom de Zhang Qian.

 

Première destination: la petite pagode de l’oie sauvage. Sous cette appellation bizarre se cache une histoire marquant une petite révolution dans le bouddhisme dit du Petit Véhicule. Il était une fois un monastère qui, depuis quelques temps, manquait de viande. Un moine, peut-être plus carnivore que les autres, se mit à prier Bouddha lui-même pour qu’il leur amène quelques morceaux de viande fraîche, au sens propre bien entendu! Bouddha l’entendit et au même moment, un groupe d’oies sauvage survolait le monastère. Le chef des volatiles tomba alors en plein vol aux pieds du moine, mort. Tellement touché par la bonté de Bouddha, il se refusa de manger l’oiseau. Et depuis ce jour, les moines du Petit Véhicule sont végétariens… Voilà pour le nom. Sinon, le bâtiment est âgé de 1300 ans et connu deux tremblements de terre. L’un qui sépara la tour en deux, l’autre qui la réunit (véridique selon notre guide). Ce phénomène serait dû aux fondations très particulières de l’édifice, en forme de demi-sphère. Le sommet a d’ailleurs été amputé de deux étages mais s’élève quand même à 43 mètres.
DSC05724-small

Décorations pour le Nouvel An Chinois: des lampions rouges avec le caractère du bonheur: 福

DSC05729-small

La petite pagode de l'oie sauvage

DSC05738-small

A l'époque, on se servait de ces "statues" pour attacher les chevaux. Aujourd'hui, plus en usage, certaines ont été réunies dans le parc 

 

Située dans un joli parc, nous avons pu voir un nouveau sport local, provenant de Corée. Il s’agit en fait d’un 太极拳 (tai-chi, sport/gym d’origine chinoise) qui se pratique avec une raquette et une balle. Le but est d’enchaîner les mouvements sur de la musique, sans faire tomber la balle. Expérience faite, c’est vraiment pas facile!!

DSC05743-small

DSC05759-small

A la sortie du parc, une boutique de souvenir. Ici, une reproduction d'un tableau que j'ai trouvé particulièrement belle, si ce n'est son prix!

 

Suite de la matinée dans le musée d’histoire de la province, que l’on dit être l’un des plus beaux de Chine. Dans un bâtiment extra-moderne, on révise alors son histoire chinoise, en particulier durant les périodes où Xi’an était alors la capitale (voir ci-dessus). C’est surtout une bonne mise en contexte avant la visite des sites historiques intra et extra muros, comme la très connue armée de terre cuite.

DSC05773-small

On dirait pas mais ce petit chameau fait partie des 100 objets qui ne quitteront jamais le sol chinois, voire tout simplement l'enceinte de ce musée!

DSC05778-small

DSC05793-small

Dehors, un homme déplie son cerf-volant qui fait plus de 200 mètres de long... Après bien sur, vous pouvez en acheter un exemplaire juste à côté...

 

Avant le dîner, petit détour par un magasin qui vend du vrai jade. Pourquoi j’insiste sur “vrai”...et bien parce que vous ne me croirez peut-être pas mais je peux vous dire qu’il est extrêmement difficile d’en trouver de l’authentique! Pourtant l’une des matières préférées des Chinois, peut-être même avant l’or ou l’argent, il faut faire des pieds et des mains pour éviter de tomber dans le faux. En parlant de cela, il en existe de deux sortes. La première technique consiste, à l’aide de la poudre de la pierre, de recréer une pierre, du jade aggloméré en quelque sorte. La deuxième, bien pire selon les Chinois est d’injecter du colorant artificiel. A priori moins condamnable que la première technique, elle est pourtant bien plus décriée car ici, on part du principe que le jade est une pierre vivante. En effet, au contact de la peau, elle s’éclaircirait si l’on a beaucoup d’énergie et contraire foncirait si l’on en manque.

Le prix de cette pierre ne varie pas en fonction de sa couleur, qui peut être verte, blanche, jaune, rouge, noire (vert foncé) ou violette mais de sa dureté. En dessus de 7°, c’est dur, en dessous, c’est mou. Les “dures” sont appréciées pour la confection de bijoux alors que les “molles” pour la sculpture. Deuxième composante, l’ancienneté de la pierre qui peut faire jouer au yo-yo les prix.

D’abord uniquement utilisé pour des accessoires religieux, elle deviendra le dada des empereurs, puis des riches et enfin un objet de tous les jours. Elle garde malgré un petit quelque chose de mystérieux voire de mystique. On l’offre par exemple aux nouveaux-né, sous forme de bijou, afin de leur porter chance. On en porte également durant son année zodiacale chinoise afin d’éviter le “mauvais sort”. La deuxième solution consiste à porter des sous-vêtements rouges, pour ceux que ça intéressent ^^!!! J’ai personnellement craqué pour une petit bout de jade impérial (vert et blanc), en forme de rond (évoque le ciel) pour un prix relativement modeste, après négociation bien entendu!

DSC05795-small

Une statue taillée dans un seul bloc de jade. Ce qui est exceptionnel en l'occurrence c'est que chaque partie semble de la bonne couleur alors qu'en fait, c'est la roulette russe, on ne sait jamais sur quelle teinte on va tomber!

 

Le porte monnaie soulagé, nous goûtons à l’une des spécialité du nord de la Chine (mais que l’on trouve partout): les 饺子 (jiaozi ou ravioli chinois). Particulièrement appréciés durant les 2 semaines que durent le nouvel an chinois. Repas de fête, ils sont néanmoins consommés toute l’année. J’en avais déjà souvent mangé mais je n’avais jamais vu autant de sortes: des salés mais aussi des sucrés, certains en formes de canard, d’autre en forme de singe, la plupart étaient de couleur blanche quand d’autres étaient tous colorés. Enfin bref, un repas haut en rebondissements! Je terminerai par une petite précision qui va faire mal à la gastronomie italienne. Les si connus raviolis ainsi que les spaghetti sont tous deux originaires de l’Empire du Milieu… Voilà, ça, c’est dit!

 

(suite de la journée dans le prochain article)
DSC05800-small 


Repost 0
Published by Romain Barrabas - dans Shaanxi (Xi'an)
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Romain - Made in Switzer南
  • Le blog de Romain - Made in Switzer南
  • : Je m'appelle Romain, je suis Suisse et j'ai 23 ans. Après 2 ans d'étude de mandarin à l'université de Genève, j'ai décidé, avec l'aide d'une bourse, de partir une année à Nanjing (province du Jiangsu) améliorer mes connaissances linguistiques. Sur ce blog, je raconterai donc ma vie ici en Chine, mes voyages, mes réflexions, mes remarques, etc...
  • Contact

Recherche

Archives